Discussion et infos sur les grands oiseaux nocturnes, de magie et de fantastique, des choses de la vie etc....
 
AccueilCalendrierPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Lui .... Van Gogh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 39
Age : 46
Localisation : ardenne belge
Humeur : changeante
Date d'inscription : 07/10/2007

MessageSujet: Lui .... Van Gogh   Mar 9 Oct - 21:01

VINCENT VAN GOGH

(1853-1890)





Vincent Van Gogh naquit le 30 mars 1853 à Groot Zundert, dans le Nord-Brabant, rayaume des Pays-Bas. Il devait être l'ainé de six enfants. Son père, pasteur prostestant, après avoir été envoyé dans la Drenthe devait exercer définitivement son ministère à Nuenen, dans le Nord-Brabant. Sa mère descendait d'une famille qui comptait de nombreux pasteurs, dont l'un, devenu évêque d'Utrecht, s'était fait un nom, comme homme supérieur. Sa soeur, malade du Quesne-Van Gogh, dans ses souvenirs, le représente à dix-sept ans, en vacances chez ses parents, solitaire, se tenant à l'écart de ses frères et soeurs plus jeunes, déjà pris d'activité intellectuelle.L'histoire naturelle lui inspire sa première passion. Il botanise, il recherche les oiseaux et les insectes, qu'il collectionne et qu'il étudie. A cette époque il n'a aucune idée des choses de l'art et ne pense point à déssiner. Son temps de pension terminé, ses parents le destinaient à la carrière commerciale. Ils avaient accès à la succursale que la maison Goupil de Paris avait établie à la Haye pour la vente de tableaux et des objets d'arts, et ils l'y firent entrer comme commis.Après un certain temps pasé à la Haye puis à Bruxelles, dans la succursales de la maison Goupil, il est envoyé à la maison mère à Paris. Mais son inaptitude pour l'emploi de vendeur, qui lui a été confié, se révéla bientôt. Il se montrait replié sur lui-même, sans prévenance pour les clients, auxquels il prétendait imposer son goût dans les achats, à l'encontre du leur. Sa sauvagerie, son manque de condescendance déjà difficiles à supporter à la Haye et à Bruxelles devenaient inadmissibles à Paris, se trouvaient particulièrement froissés des manières rustres d'un Hollandais.Ses patrons se crurent donc obligés de l'éloigner de Paris et, pour lui réserver une dernière chance, ils le transférèrent à leur succursale de Londres, pensant que ses manières d'homme du nord, y seraient plus supportables. Mais il ne réussit pas mieux à se faire accepter par la clientèle de Londres que par celle de Paris, aussi lui signifia-t-on son renvoi définitif, C'est pendant son séjour dans la maison Goupil que Van Gogh a dû prendre un premier contact avec les choses d'art, que son oeil a dû s'ouvrir sur la peinture, qu'il commence sans doute à former son goût et à développer son jugement. Cependant il ne pense encore nullement à produire, car il n'existe de cette période de sa vie aucune oeuvre d'art, peinte ou dessinée. Renvoyé de la succursale Goupil, Van Gogh se cherche un nouvel emploi, à Londres. Il trouve à se placer, comme aide principal et avec mission particulière le français, chez un pasteur protestant, qui tenait à Ramsgate une passion, peu après transférée à Isleworth. Ce maître de pension appartenait à ce bas clergé de l'église d'Angleterre, très mal payé. Chargé de famille, il avait grande peine à subvenir aux besoins des siens et aux fraix de son établissement. Ses élèves, au nombre d'une vingtaine, sortaient de la classe des petits bourgeois et des boutiquiers de Londres, gens peu fortunés qui ne méttaient là leurs enfants que faute de ressources pour les metrre ailleurs. Van Gogh, tiré de sa tâche d'enseigner le français, se vit bientôt chargé de relancer à Londres les parents oublieux de payer la pension de leurs enfants. Son manque d'aptitude pour tout ce qui concernait les exigeances de la vie pratique se révéla ici, comme il s'était déjà révélé pendant son passage chez les Goupil. Au lieu de menacer les débiteurs qu'il allait visiter, il s'apitoyait sur leur sort, se refusait à les presser. Congédié par le pasteur déçu, Vincent Van Gogh revint chez ses parents. Il trouve un emploi chez un libraire, à Dordrecht. Il a été dés sa première jeunesse pénétré de la foi religieuse. Il est revenu de Londres préoccupé de questions théologiques. Il voudrait qu'on appliquât l'évangile, qu'on trouvât le moyen de faire régner ses principes. Sous l'empire de ces idées, il entre en rapports, chez le libraire, avec un pasteur, homme distingué, qui, dans les conversations qu'il lui conseille de se livrer à ces études classiques qui lui conseille de se livrer à ces études classiques qui lui permettraient de se faire graduer en théologie pour devenir lui même pasteur. Il est alors pris par un oncle qui le gardera chez lui, à Amsterdam, le temps de ses études. Il avance rapidement dans la connaissance du grec et du latin, mais l'excès de travail, la tension intellectuelle amènent une première crise de dérangement cérébral. Sa soeur Mme du Quesne raconte qu'il n'est plus maître de son écriture, que les lettres qu'il trace sur le papier perdent leur caractère et ne forment plus que des lignes de points indistincts. Il a de singulières absences. A l'église, il met une fois sa montre, une autre fois ses gants, dans la bourse du quêteur. Il est en proie à une véritable crise de mysticisme. Il fréquente assidûment les églises et même la synagogue. Dans cet état d'esprit, après avoir poursuivi les études classiques pendant une année à Amsterdam, de mai 1877 à mai 1878, il les abandonne. Il renonce à recevoir les grades réguliers en théologie. Il sera pasteur à sa manière et dit à ses parents qu'il se sent appelé à prêcher l'évangile. Il avait entendu parler, pendant son séjour en Angleterre, de missions parmi les mineurs, gens qui effectuent dans les ténébres leur dangereux travail et sont dignes de commisération.

_________________
Le difficile n'est pas d'être avec ses amis quand ils ont raison, mais quand ils ont tort.
Malraux (André)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://edwige.forumpro.fr
 
Lui .... Van Gogh
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sur les pas de Van Gogh à Auvers sur Oise
» Le Musée Van Gogh à Amsterdam
» Des cubes et des hommes...
» Le printemps et les peintres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'univers d'Edwige :: L'art et les légendes ... :: Les plus grands peintres :: Van Gogh-
Sauter vers: